PUP du Val de la Combe : la coupe est pleine !

L’action de recours des riverains est d’ores et déjà engagée…et déposée par un avocat urbaniste au Tribunal Administratif depuis vendredi 26 avril … !!!

Certes il eût fallu commencer par cela et s’entourer d’un conseil avisé dès la constitution du premier «groupe de riverains» !

Mais on ne refait pas l’histoire… !

En effet après les premières actions de terrain, notamment par le recueil d’une pétition (180 signataires environ), la constitution du «groupe d’influence» et les réunions publiques réalisées à la Salle des Granges, l’avis d’un avocat spécialisé eut été alors judicieux afin de mieux respecter le délai de recours et d’agir en toute connaissance de cause.

Aussi, a posteriori, nous avons une désagréable impression qu’une manœuvre «pour noyer le poisson» ait eu lieu; mais par qui ? Dans quel but……. ?

Gagner du temps par «un enfumage de première classe» en concédant quelques amendements au permis d’aménager initial ! Et ainsi dépasser insidieusement le délai de recours… ?

Oui nous ne sommes pas loin de le penser !

Bref, comme quoi il n’est jamais trop tard pour bien faire ! Et comme disait Jean Rostand :

 « Attendre d’en savoir assez pour agir en toute lumière, c’est se condamner à l’inaction. »

C’est pourquoi il apparaît aujourd’hui qu’agir, même tardivement, est essentiel dans l’intérêt des riverains et du quartier en général. Car en effet le quartier est aussi impacté par cette réalisation déconcertante.

 Ainsi dresser un catalogue des principales nuisances et effets négatifs permet de mieux mettre en évidence l’incohérence de ce projet et le manque flagrant de respect des riverains, à savoir :

 –          Concentration d’une population importante, par un effet de doublement de la zone pavillonnaire, sur une superficie trop limitée.

–          Circulation accrue (au minimum le double) sur l’allée du Val des Garrigues.

–          Dégradation très forte de la sécurité, principalement en ce qui concerne le trafic automobile, dans l’environnement immédiat de l’Espace René Cassin. Ont-ils vraiment pensé à nos enfants ?

–          L’absorption difficile et non programmée de ce surcroît de population, notamment des enfants à scolariser, par le groupe scolaire actuel.

–          Défiguration, large et profonde, de l’entrée principale de la garrigue.

–          Dévalorisation de la zone résidentielle  actuelle par un mélange des genres (surface des parcelles, immeubles sociaux,….). Surtout que la réalisation, en parallèle, de Roque Fraisse aurait pu permettre de mener à bien cet aspect important de la politique sociale. Mais il est vrai qu’il est parfois facile de faire supporter ce type de nuisances par d’autres …!

–          Moins values financières enregistrées sur le patrimoine immobilier des riverains et du quartier (sans commune mesure avec les frais d’avocat engagés !).

–          Sans omettre les perturbations inhérentes au chantier et durables dans le temps : bruit infernal des engins, pollution atmosphérique par les poussières et gaz d’échappement divers, circulation à grande vitesse des camions sur l’allée du Val des Garrigues, mise en danger des enfants du groupe scolaire René Cassin par l’accroissement de la circulation des véhicules de BTP, etc.,…

 Bref mis à part cela tout va bien …. !

Au final, notre objectif est de faire «rectifier le tir» par la Mairie et que cette dernière puisse «revoir sa copie» afin d’envisager un projet plus cohérent et respectueux de l’environnement, sans oublier la dimension humaine constituée par les riverains et les habitants du quartier !

En conclusion ce qui nous motive n’est certainement pas le confort de la critique systématique mais plutôt la défense de l’intérêt général dans l’exercice citoyen de la Démocratie Participative !

 «Ce qui est facile n’a pas de saveur» (Nicolas Hulot -Extrait d’Etats d’âme)

 A suivre… 

  •  Projet Urbain Partenarial : quel partenariat ? Surtout pas celui des riverains et des habitants du quartier complètement ignorés au lancement de «cette opération d’urbanisme » !
  •  REMERCIEMENTS : A celles et ceux qui ont déjà contribué aux premiers versements liés aux frais d’avocat et exprimé spontanément leur solidarité ! Et pour celles et ceux qui veulent se joindre à l’action et ainsi participer à la mutualisation des honoraires d’avocat. Ils seront toujours les biens venus !

 Pour ce faire, il vous suffit de nous le signaler par mail (ou en laissant un commentaire sur le blog). Nous transmettrons en vous remerciant d’avance de votre contribution !      

             

…   Il suffit de se rendre sur place pour constater l’importance des nuisances liées au chantier … !

 

IMG_0443IMG_0306

IMG_0442

 


IMG_0305

plus belle ma ville

Un commentaire

Michel-Raphaël

2013-04-29 10:49:15 Répondre

Rectificatif : Tout d’abord nous vous remercions de vos messages d’encouragements et de soutien !

Cela va sans le dire, mais c’est toujours mieux en le disant et surtout en l’écrivant !
En ce qui concerne l’expression « enfumage de première classe », il ne s’agit pas, bien évidemment, de mettre en cause, a posteriori, l’action tout à fait méritante et courageuse des riverains à l’origine de ce mouvement de contestation contre ce projet « urbanistique » incohérent et irrespectueux des habitants du quartier.
A contrario notre commentaire vise exclusivement les initiateurs de cette opération immobilière et non pas les victimes ! C’est vrai que l’exercice de la communication est parfois délicat, c’est pourquoi il est important de rectifier ! C’est cela aussi la Démocratie Participative !
En vous remerciant vivement encore, au nom des riverains plaignants, de votre solidarité !

Laisser un commentaire