• images
  • 17 h 44 min
  • images
  • Pas de commentaire.

L’évolution des services municipaux en réflexion ! …

Problématique des parking à Roque Fraisse...qui va payer...pour les nouveaux emplacements prévus...!?

C’est ce qui est expliqué dans un article du Midi Libre du 21 mai 2018.

La municipalité se réveillerait donc et réfléchirait enfin sur le fait que la population va augmenter encore ? Cela fait plusieurs années qu’elle augmente beaucoup et la réflexion municipale, les prévisions ont été aux abonnés absents ! La municipalité précédant celle des 2 mandats de Mme Guiraud avait anticipé et équipé la commune en écoles, équipements sportifs, locaux associatifs notamment, mais depuis 9 ans la ville est gérée avec cet existant, rien n’est sorti de terre… à part des immeubles !!!

Le groupe scolaire Jean d’Ormesson se construit trop tardivement : la dernière rentrée a posé des problèmes de locaux et d’effectifs et la prochaine rentrée de septembre va être très très difficile en attendant l’ouverture de 2019.

Pour se défendre de ses carences et de l’afflux de population, notre Maire écrit ou dit à chaque occasion qu’elle gère des décisions héritées de la municipalité précédente. Nous devons donc ici redire que ce refrain est totalement faux, non pour défendre l’ancienne municipalité, mais pour montrer l’immobilisme de la présente durant des années.

Lors de son premier mandat, alliée aux Verts, pendant 5 ans Mme Guiraud a paralysé le démarrage de la ZAC Roque Fraisse pour cause de mésentente avec ceux-ci (qui voulaient entre autres des maisons de village avec circulade).

En réalité Mme Guiraud s’est bien gardée de prouver ses dires en publiant les prétendus plans de l’ancienne municipalité qui auraient bloqué son action. Et pour cause car, pendant cette association, elle racontait qu’elle allait créer « un nouveau village ». En fait la ZAC d’aujourd’hui est bien son œuvre, toute son œuvre, mais il est tellement commode d’incriminer sans preuve ses prédécesseurs ! »

Cette perte de temps, prise pour l’ouverture de cette ZAC et notamment la construction de logements sociaux, a fait que le Préfet a ordonné un démarrage précipité des travaux et il « s’est fait n’importe quoi » faute de projets négociés entre la Mairie, la SERM et les promoteurs.

Et un des problèmes dont souffre actuellement la zone, c’est celui des parkings ; quant à l’entassement des immeubles, il est irrémédiable.

Les Védasiens qui prennent le tram à St Jean Centre ont du mal à se garer au parking dédié, car des riverains l’utilisent, idem pour les utilisateurs de la piscine, et il faut espérer qu’il y  ait eu réflexion par rapport à celui du nouveau groupe scolaire afin qu’il ne soit pas squatté par le voisinage.

Compte-tenu de la situation (un loyer de 50 € pour un emplacement en sous-sol des logements sociaux est trop cher) on peut comprendre que la municipalité veuille satisfaire une demande exprimée lors d’une réunion de quartier.

Mais il n’est quand même pas normal que le financement public se substitue au privé pour créer du stationnement, à côté de la déchetterie, par exemple, où le parc des services techniques a été réduit en déplaçant la clôture, avec réfection du sol et marquage, pour une vingtaine de voitures.

Des emplacements doivent encore être créés, mais, maintenant que la ZAC est installée, qui va payer ? et dans quel espace ?

Le Comité de rédaction

Rappel historique : Certes il ne faut pas vivre dans le passé, cependant, après analyse, il permet de bien comprendre le présent…!!!CQFD !!!

Pas de commentaire

Laisser un commentaire