• images
  • 20 h 20 min
  • images
  • Pas de commentaire.

Incompréhension et aberration…!!!

Pour quelle raison la Mairie voudrait supprimer les platanes de l’avenue Clémenceau ? (suite)

 

 

 

En effet tous les Védasiens se posent la question et ne comprennent pas !

Quant au silence sur la décision d’abattage, tirant la leçon de l’opposition faite aux Roudères, on peut penser que cette fois la Mairie a tenté l’effet de surprise !… Raté !

Le secteur est relativement aéré, spacieux, où les piétons ont le choix pour se déplacer en sécurité (côté commerces, côté église), dans un centre de village ancien où il est difficile de pousser les murs. Quoique, au débouché de la rue du Pioch sur l’avenue, il y a là une décision qui devrait être prise, à savoir, l’achat d’une maison inhabitée depuis des années, avec un espace de quelques mètres en façade, constituant un étranglement qui devrait être traité en priorité pour la sécurité du secteur et qui donnerait une belle allure à cette avenue.

On a vraiment du mal à suivre certaines décisions municipales : la rue des Roudères qui va être modifiée, des platanes que l’on veut abattre pour des raisons de sécurité, entre autres et en même temps, au débouché de la rue des Mimosas sur celle des Roudères, on laisse construire un immeuble avec un balcon se situant au ras du trottoir actuel ! Effarant !  Occasion perdue de donner de l’espace à cette voirie.

Autre observation, rue des Jasses, cette voie, recalibrée, arborée (mais de « colonnaires » donc à végétation réduite), pourvue lorsqu’elle sera terminée de tous les cheminements nécessaires, présentait une perspective et un aspect sympathiques pour une 2ème entrée de ville, à côté d’une avenue de Librilla qui porte bien son nom.

Mais voilà que les murs de béton s’élevant au ras d’un trottoir de 1 mètre 50, côté centre médical, et, côté clinique, un angle de bâtiment en balcon au 1er étage qui avance tel une proue dominant le trottoir, font de cette entrée un véritable entonnoir, une entrée qui méritait mieux !

Décidément, la Mairie, la Serm, les promoteurs n’ont vraiment pas le souci d’une urbanisation harmonieuse ! Contrairement à ce qui se pratique ailleurs, Saint Jean se fait remarquer, se singularise par un entassement anarchique des immeubles et des espaces voirie souvent amputés ou gâchés par ceux-ci !

Le Comité de Rédaction du Collectif

Annexes :

 

 

Réunion de quartier 6 16 10 2018       (cliquez sur ce lien pour voir le texte)

 

 

 

 

 

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire