• images
  • 16 h 54 min
  • images
  • Pas de commentaire.

Conseil municipal du 10 octobre 2012

N'ayons pas peur des mots... mais restons courtois !

Droit de réponse au Conseil Municipal du mercredi 10 octobre 2012

Lors du conseil municipal du 10 octobre, Madame le Maire a mis en doute l’honnêteté de notre décision de démissionner du Conseil de Quartier Saint Jean Le Sec-Cayenne-Sigaliès. Interrogée par Philippe CARABASSE, conseiller de l’opposition, Madame Guiraud a expliqué que le conseil de quartier avait été manipulé et que nous transmettions à la Mairie des informations trop nombreuses et désordonnées.

Elle ne comprend pas notre décision de démissionner. Or, le contexte est très clair compte tenu de la chronologie des faits. Avant tout, notre Conseil de Quartier est composé de toutes les tendances politiques ! Ainsi notre décision, déjà en gestation depuis la fin du premier trimestre 2012, a été prise solidairement, à l’unanimité des 8 membres, en toute sérénité, de manière très explicite et exprimée sous la forme d’une lettre ouverte.

A priori, après l’ancien DGS qui a eu le dos très large, c’est au tour de l’équipe de l’ex Conseil de Quartier d’être la cible de flèches acerbes ! Nos recommandations seraient “trop nombreuses” et “désordonnées” ? Alors là c’est un comble ! Eu égard à notre bonne volonté et de nombreuses heures de travail dans le cadre d’un bénévolat désintéressé ! On nous reproche un article paru dans le magazine municipal Védazine n°12 et dont la conclusion serait “ambigüe” selon Madame le Maire ! Or, celui-ci a été transmis au service communication, avant publication.

Dans la conclusion de cet article, elle confond courtoisie, de mise en pareil cas, et satisfaction éventuelle sur des résultats n’ayant pas pu être obtenus après plusieurs mois de sollicitation, sur des recommandations limitées en nombre, claires et simples :

– délocalisation d’un défibrillateur, débroussaillement de l’ancienne voie ferrée…etc…

Serait-il interdit d’être courtois tout en restant objectif ? Comme disait si bien Beaumarchais, “Sans la liberté de blâmer, il n’est pas d’éloge flatteur. ”

Aussi évitons toute interprétation polémique stérile et restons-en aux faits stricto sensu ! Nous aurions été manipulés ? Par qui ? Pourquoi ? On dit souvent que lorsque l’on ne veut plus de son chien, on le taxe d’avoir la gale !

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire